Les adaptations de la maison à plus de 65 ans

Vous, ou l’un de vos parents, venez de passer la barre des 65 ans et souhaitez rester à domicile. Certaines adaptations s’imposent, concernant les installations de votre maison, pour que celle-ci soit sécurisante et réponde à vos besoins les plus sensibles. Le point.

Minimiser les risques de chute dans la salle de bain

Chez les plus de 65 ans, la chute constitue une des principales causes d’hospitalisation. La fragilisation du système ostéo-articulaire, d’une part et le ralentissement des mécanismes réflexes, d’autre part se trouvent au cœur de cette problématique. Sachant que la grande majorité de ces accidents survient dans la salle de bain, celle-ci doit constituer une priorité en matière d’adaptation. La mise en place d’un siège dans la baignoire ou la douche constitue une première démarche, permettant de sécuriser l’heure des toilettes. Les baignoires à porte et autres douches sécurisées constituent des solutions intégrées permettant d’appréhender les différents gestes pour prendre soin de soi, en toute sérénité. Pour obtenir un devis rapide pour ce genre d’installation, n’hésitez pas à recourir aux outils proposés par des sites spécialisés comme Le Guide du Senior .

Limiter les incidents liés à la préparation des repas

La cuisine constitue un autre endroit dont il faut clairement repenser l’aménagement. Entre les étagères et placards dont il faut améliorer l’accès en réduisant la hauteur et l’installation de dispositifs permettant de limiter les risques de brûlure, voire d’incendie domestique, il y a à faire. Les équipements tels que les fours seront idéalement munis de poignées à la bonne hauteur et de portes isothermes. Il faudra également adapter la configuration du circuit électrique en intégrant les prises au niveau du plan de travail, pour un accès facile.

Améliorer la circulation entre les différents espaces

Une adaptation à envisager naturellement, dans un logement pour senior de plus de 65 ans, concerne la chambre. Si le logement le permet, il est bon de prévoir une pièce au rez-de-chaussée pour éviter les montées et descentes à répétition dans les escaliers. Dans la même logique, il est préférable que cette pièce dispose d’un accès facile aux toilettes et à la salle de bain. Investir dans un lit médicalisé est également à envisager quand il s’avère évident que l’autonomie du sujet est au minimum. Pour ce faire, n’hésitez pas à solliciter les aides de la Sécurité sociale. Ceux qui désirent, ou doivent, garder une chambre à l’étage ont tout intérêt à envisagerl’installation d’un monte-escalier . Confiez le chantier de son installation à un professionnel habilité et soyez très pointilleux sur les conditions de garantie qui s’appliquent au dispositif. Plusieurs pistes de subventions peuvent être exploitées, en fonction des revenus de l’acquérant. Le département, via la MDPH, prévoit par exemple la prise en charge de 80 à 100 % du montant de l’achat si celui-ci ne dépasse pas les 1 500 euros et que le bénéficiaire à mobilité réduite exerce encore une activité professionnelle. Il existe également de nombreux dispositifs fiscaux visant à supporter les efforts d’adaptation du logement aux besoins des personnes âgées, notamment par l’installation d’un monte-escalier. Il peut s’agir de la réduction de la TVA sur les travaux, ou encore d’un crédit d’impôt.

Les commentaires sont fermés.