3 initiatives à faire une entreprise pour diminuer le gaspillage

Le gaspillage est un sujet très vaste qui devrait intéresser tous les entrepreneurs. Il a même fait l’objet d’une méthode appelée lean management ayant pour vocation d’aider les managers à améliorer la productivité grâce à une optimisation des ressources. Découvrez les particularités de cette technique et les principales sources de gaspillage que vous devez réduire dans votre entreprise.

Le lean management

Savoir gérer une entreprise  n’est pas de tout repos. Un des défis auxquels le chef d’entreprise doit relever porte sur la rationalisation de l’environnement de travail. L’inefficacité, la perte de temps, les déplacements ou mouvements inutiles constituent quelques exemples de gaspillage qu’il est crucial d’identifier et de résoudre dans toutes les organisations. Une méthode de gestion reposant sur l’amélioration continue permettra d’optimiser la production et de gagner en performance. Cette technique appelée le lean valorise l’efficacité et le minimalisme. L’objectif est de booster la productivité grâce à une optimisation de l’usage des ressources en matière de dépenses professionnelles, de matières premières, de temps de travail ou encore de stocks.

Le lean management a vu le jour au Japon au sein de l’entreprise Toyota. Fondateur du Système de Production Toyota, Taïchi Ohno a mis en œuvre un procédé visant à créer de la valeur en entreprise. Le concept a mis en lumière trois formes de gaspillage : muda (activité sans valeur ajoutée, mais tolérée), muri (activité excessive, complexe ou même irréalisable) et mura (fluctuations, irrégularités rendant inefficaces ou instables ). Il va permettre ainsi de traquer les actions ne générant aucune plus-value. Plusieurs principes fondamentaux ont été établis par les spécialistes du lean-management parmi lesquels figurent le développement humain, l’optimisation des ressources ainsi que la mise en place d’une stratégie à long terme.

Trois gaspillages fréquents en entreprise

Une entreprise connaît un certain nombre de gaspillages portant atteinte à son efficacité. La méthode Lean a tenté de les identifier. Le premier étant la surproduction, une hantise pour tous les dirigeants. Ce problème se manifeste par la création d’un surplus de produits que la demande réelle n’absorbe pas. Il entraîne une accumulation de stocks. La surproduction est causée par une production reposant sur des prévisions de vente. Pour l’éviter, le lean conseille de produire uniquement en fonction des commandes et non des perspectives qui dépendent trop de ce qui se passe sur le marché.

Outre, la surproduction, un autre gaspillage est le surplus de stock qui coûte aussi très cher pour les entreprises . On sait que le surstockage a des conséquences néfastes sur la trésorerie. Causé par des temps d’attente mal maîtrisés, par une mauvaise planification ainsi que la surproduction, ce phénomène peut être réglé notamment en réduisant les quantités d’en-cours et de produits finis.

Enfin, un des gaspillages courants et nuisant à la performance d’une organisation repose sur la sous-utilisation des compétences. Le manque de motivation, un management autoritaire et rigide, les lacunes en formation et le manque d’implication et de reconnaissance sont à l’origine du problème. Le lean préconise de profiter pleinement des connaissances et du savoir-faire des équipes pour avancer. Il est nécessaire de motiver les collaborateurs pour qu’ils s’inscrivent dans cet esprit « d’amélioration continue ».

Les commentaires sont fermés.